Bio-bibliographie de Jacques Réda

« Car totalement je suis désordre, arythmie, alternance d’incompétence ou d’idiotie et de courtes fulminations dans la fumée ; de moments où ça chante enfin comme cette petite pluie et où, pour ne rien compromettre, je fais mine de ne pas savoir. »
Celle qui vient à pas léger. Fata Morgana.

 

1929 - Jacques Réda est né à Lunéville le 24 janvier.

1952 - Les Inconvénients du métier. Proses, Paris, Seghers. Épuisé.

1953 - Il s'installe à Paris et y exerce différents métiers administratifs (en usine, dans la publicité).
All Stars. Poèmes, Paris, René Debresse. Épuisé.

1955 - Cendres chaudes. Poèmes, La Rochelle, Librairie Les Lettres. Épuisé.

1961 - Il commence à publier dans diverses revues dont les Cahiers du Sud.

1963 - Début de sa collaboration avec Jazz Magazine.

1967 - Début de sa collaboration avec les Cahiers du chemin dirigés par Georges Lambrichs.

1968 - Le Mai sombre. Poèmes, Luxembourg, Origine. Épuisé. Amen, Gallimard.
Il reçoit le prix Max Jacob.

1970 – Récitatif. Paris, Gallimard, coll. Le Chemin. (Réédition : Poésie/Gallimard, 1988)

1975 - La Tourne. Paris, Gallimard, coll. Le Chemin. (Réédition : Poésie/Gallimard, 1988)

1977 - Les Ruines de Paris. Gallimard, coll. Le Chemin. (Réédition : Poésie/Gallimard, 1993)

1978 - Il entre au comité de lecture des Éditions Gallimard.

1980 - L’Improviste, une lecture du jazz. Paris, Gallimard, collection Le Chemin. (Réédition : Repris dans L’Improviste, Folio Essais, 1990)

1981 - Anthologie des musiciens de jazz. Paris, Stock.

1982 - P.L.M. et autres textes. Cognac, Le Temps qu’il fait.
(Reprise : La version définitive de ces textes est incluse dansL’Herbe des talus. 1996)
Hors les murs. Paris, Gallimard, coll. Le Chemin. (Réédition : En version corrigée dans la collection Poésie/Gallimard, 2001)

1983 - Gares et trains. A.C.E., coll. Le Piéton de Paris. (Reprise ultérieure : La version définitive de cet ouvrage constitue la dernière partie (‘Terminus’) de Châteaux des courants d’air, 1986)

1984 - Le bitume est exquis. Fata Morgana.

1984 - « Le XVe magique » in Montparnasse, Vaugirard, Grenelle. Fanlac. (Album de photographies réalisées par Bernard Tardien et Pierre Pitrou. Texte repris dans Châteaux des courants d’air. 1986)

1985 - Celle qui vient à pas légers. Montpellier, Fata Morgana.
Beauté Suburbaine. Fanlac.
Jouer le jeu (L’Improviste II). Paris, Gallimard, coll. Le Chemin.

1986 - Châteaux des courants d’air. Proses et poèmes, Paris, Gallimard, coll. Blanche.

1987 à 1995 - Il succède à Georges Lambrichs, en tant que rédacteur en chef de la Nouvelle Revue Française.

1987 - Un voyage aux sources de la Seine. Fata Morgana. (La version définitive de ce récit figure dans Recommandations aux promeneurs, 1988)
Album Maupassant. Texte et iconographie commentée, Paris, Gallimard, coll. La Pléiade.

1988 - Recommandations aux promeneurs. Paris, Gallimard, coll. Blanche. Ferveurs de Borges. Montpellier, Fata Morgana.

1990 - Sonnets dublinois. Montpellier, Fata Morgana, 1990. (La version définitive de ces poèmes est incluse dans L’Incorrigible, 1995)
Canal du centre. Poème, Montpellier, Fata Morgana.
Affranchissons-nous. Montpellier, Fata Morgana.
Le Sens de la marche. Paris, Gallimard.

1991 - Lettres sur l’univers et autres discours en vers français. Paris, Gallimard, coll. Blanche.
Aller aux mirabelles. Gallimard, coll. L’un et l’autre.
Un calendrier élégiaque. Montpellier, Fata Morgana, 1991. (La version définitive de ces poèmes est incluse dansL’Incorrigible, 1995)

1992 - Nouveau livre des reconnaissances. Montpellier, Fata Morgana.

1993 - Il reçoit le Grand Prix de l'Académie française pour l'ensemble de son oeuvre. Aller à Elisabethville. Paris, Gallimard, coll. L’un et l’autre.

1995 - L’Incorrigible. Gallimard, coll. Blanche.
La Sauvette. Verdier. (Reprise d’une quarantaine de chroniques parues en 1981-82 dans Libération)
Abelnoptuz. Théodore Balmoral, coll. Le monde est là.

1996 – L’Herbe des talus. Poche, Gallimard. Épuisé.

1997 - La Liberté des rues. Gallimard, coll. Blanche.
Aux buttes. Illustré par Jean-Marie Queneau, Éditions de la Goulotte.
Le Méridien de Paris. Fata Morgana.

1998 - Le Citadin. Gallimard, coll. Blanche.
Rue de Terre-Neuve. Paris, Librairies Gallimard, Éditions Hors Commerce.

1999 - Il reçoit le Prix Goncourt de la poésie.
La Course. Nouvelles poésies itinérantes et familières (1993-1998), Gallimard.

2000 - Moyens de transport. Fata Morgana.

2001 - Modèles réduits. Fata Morgana.
Le Lit de la reine. Verdier.
Accidents de la circulation. Gallimard, coll. Blanche.

2002 - Aller au diable. Gallimard, coll. Blanche.
Les Fins Fonds. Verdier.
Autobiographie du jazz. Climats.
Treize chansons de l'amour noir. Fata Morgana.

2003 - Les cinq Points cardinaux. Fata Morgana.
Nouvelles aventures de Pelby. Roman. Gallimard.
La Ville blanche. Fata Morgana.

2004 - L'Affaire du Ramsès III. Roman. Verdier.
Le vingtième me fatigue, suivi de : Supplément à un inventaire lacunaire des rues du XXe arrondissement de Paris. Dogana.
L’Adoption du système métrique . Gallimard.

2005 - Europes. Fata Morgana.
Un bouquet d'épitaphes. A Bastiano.

2006 - Ponts flottants. Gallimard.

2007 - Toutes sortes de gens. Fata Morgana.
Papier d'Arménie. Théodore Balmoral.
Une théologie des oiseaux. Avec Enan Burgos, Fata Morgana.

2008 – Démêlés. Gallimard, coll. Blanche.

2009 - La Physique amusante. Gallimard, coll. Blanche.
Battement. Fata Morgana.
Battues. Fata Morgana.

2010 - Autoportraits. Fata Morgana.

2011 - Le Grand Orchestre. Gallimard, coll. L’un et l’autre.
Moana, Fata Morgana.


A 83 ans, Jacques Réda raconte comment le jazz a illuminé sa vie. Une histoire d'amour de plus d'un demi-siècle, et d'abord avec Duke Ellington.
«Ma mère déchiffrait Bach à vue, mon père chantait la "Traviata": ils s'étonnaient d'avoir engendré l'espèce de nègre tantôt frénétique, tantôt ombrageux que je reste encore».